charlotte_perriand

Une belle jeune femme aux cheveux courts, face à la montagne. De dos, ses gants de ski à la main, elle lève les bras comme en signe de victoire. Charlotte Perriand porte un pantalon… et rien d’autre, à part un collier de perles. Cette photo en noir et blanc de 1930, présentée dans l’exposition Charlotte Pierrand au Petit Palais, de la photographie au design au Petit Palais, révèle l’identité de la créatrice : son sacré tempérament, son amour de la nature, son élégance. Ce brin de femme gagne dès les années 1920 la confiance de Le Corbusier, architecte aussi légendaire que misogyne…à ce sujet je ne saurai que trop vous recommander de lire son livre (mon livre de chevet depuis 7 ans maintenant) : ‘Une vie de création’ chez Odille Jacob. Une exposition source d’inspiration à ne pas manquer ! Et au passage ne vous privez pas de pousser jusqu’au Bon Marché qui accueille à cette occasion, sous la verrière du 2ème étage, au coeur d’une véritable forêt de bambous « La Maison de thé » de Charlotte Perriand reconstruite à partir des plans originaux, à l’identique de celle exposée en 1993 sur le toit jardin de l’UNESCO à Paris et détruite depuis. Une immense corolle circulaire en voilure est tendue à l’aide de bambous et recouvre une maison en bois qui flotte au-dessus d’un sol de galets gris. Un espace destiné au recueillement et à la méditation dans une architecture mêlant tradition et modernité.

Et puis ensuite ‘inspirez-vous’, allez chercher la nature, les bords de mer, les chemins de campagne, les versants escarpés de la montagne, respirez et gardez toujours ‘l’oeil en éventail’ ! La création est à portée de main pour celui qui veut bien voir le monde qui l’entoure…